Économie, TIC

Cyrille Nibigira (CFCIB): « Les fournisseurs en outils TIC de basse qualité sont favorisés »

Le président de la Chambre sectorielle des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) à la Chambre Fédérale de Commerce et de l’Industrie du Burundi (CFCIB) donne un éclairage sur les prix élevés des communications et les outils  « pirates ». Il suggère ce qui devrait fait pour booster ce secteur.

cyrillePourquoi les prix pour communiquer restent élevés ?

Les prix restent élevés vu l’accès à l’électricité du monde rural. Le monde rural n’est pas électrifié alors que les contrats de concession exigent la couverture de ce monde rural qui  ne peut que se faire en utilisant les groupes électrogènes.
Bien plus, la qualité des voies d’accès aux sites n’est pas des meilleures alors que le public que l’on va couvrir n’est pas le plus nanti. Les investisseurs risquent un investissement  à perte. Sous d’autres cieux, le gouvernement prévoit un fond d’accès  au service universel qui épaule les opérateurs à servir ce segment moins rentable.

Il y aussi des lamentations sur certains téléphones et surtout  des ordinateurs  de très mauvaise qualité communément appelés « pirates » …

Avec la crise, certains opérateurs connaissent une concurrence déloyale des fournisseurs des produits et services  de basse qualité parce que l’acheteur n’a pas assez de budget pour se procurer des outils répondants aux standards et normes et parce qu’il n’y pas de régulation stricte dans ce domaine. Exemple : un ordinateur remplissant les normes s’achète trois fois plus cher que les ordinateurs « No name » ou de seconde  main. Pire, la plupart des sociétés qui vendent  des ces outils de mauvaise qualité ne payent pas le fisc. Il y a des magasins qui vendent des outils informatiques qui viennent et qui disparaissent presqu’aussitôt.

Que ce qui devrait être fait pour booster les TIC ?

Le gouvernement devrait  donner une priorité dans les TIC dans ses programmes de développement. Premièrement en détaxant  complètement les moyens d’accès. Le gouvernement a exempté des droits de douane de téléphones et ordinateur mais ces produits payent toujours la TVA de 18%, ce qui est un montant élevé. Il devrait aussi encourager l’alphabétisation  numérique  en mettent les programmes des TIC dans les cours dans le bas âge et en alphabétisant les adultes aux TIC. Enfin, il devrait  faciliter l’accès au crédit des jeunes lauréats pour qu’ils puissent utiliser leur connaissance pour se développer eux-mêmes  et développer la société.  Nous avons un nombre élevé de chômeurs informaticiens.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*