Politique Locale

Semaine du combattant vue par un ancien combattant du Cndd-Fdd et un autre du FNL

Juvénal Hajayandi : « La journée du combattant devrait être une journée nationale »

 «Les combattants  n’étaient pas seulement ceux du Cndd-Fdd», réagit  cet ancien combattant du FNL.

Pour lui, « la journée du combattant devrait être généralisée pour tous.» Il prédit que la marginalisation des autres  combattants risque de créer un conflit entre eux. «Tous ont combattu pour la paix. Ils ont tous accepté de déposer les armes et d’être démobilisés ». Pour lui, la paix a été pour tous les Burundais et surtout pour tous les combattants. Il rappelle que  ce n’est pas par le feu qu’on a gagné la paix mais plutôt  par la convention.

Un ancien combattant Cndd-Fdd : « Il faut une ligue des vétérans au sein du parti Cndd-Fdd »

« Le parti CNDD-FDD devrait  donner beaucoup d’importance au combattant, et mette en place une ligue indépendante des anciens combattants: la  Ligue des vétérans ». Souhait d’Alexis Kamarade, un ancien combattant de Kamenge (nord de la capitale).

Au ministère de la Défense et des Anciens Combattants, il demande de soutenir les petites entreprises génératrices de revenus appartenant aux combattants, de donner du logement à ceux qui n’en ont pas, d’occuper utilement les démobilisés dans les services publics.

Il annonce que  les anciens combattants vont  participer à cette semaine, « non qu’ils y soient contraints par le parti au pouvoir, mais parce qu’ils se souviennent encore des mauvaises conditions de vie du maquis».

Pour lui, cette journée du combattant devrait concerner tous les combattants sans distinction. Il regrette que ceux du FNL et les ex-FAB (Force armées Burundaise, armée gouvernementale du temps de la guerre) «  se  marginalisent et n’acceptent pas de se joindre aux combattants du Cndd-Fdd ».

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*