Politique Locale

« Justice pour les six Imbonerakure de Musaga assassinés lors de l’insurrection de 2015 »

La Ligue des jeunes du parti au pouvoir Imbonerakure de la commune Muha (sud de Bujumbura) a organisé une marche ce dimanche 13 novembre dans la zone Musaga en mémoire des confrères tués en 2015.

Une minute de silence en honneur de Jacqueline Hakizimana, violée avant d’être exécutée
Une minute de silence en honneur de Jacqueline Hakizimana, violée avant d’être exécutée

« Nous réclamons la justice pour toutes les victimes. Que les auteurs soient  traqués et punis conformément à  la loi et que les commanditaires du mouvement insurrectionnel soient aussi poursuivis ». Propos de Serges Hatungimana, président de la ligue des jeunes Imbonerakure  en mairie de Bujumbura.

Quant au secrétaire du parti en commune Muha,  il exhorte les assassins à demander pardon  aux familles des victimes, au Cndd-Fdd ainsi qu’à tout le  peuple burundais.  Aux politiciens qui ont appelé aux manifestations, il les supplie de se « ressaisir et de rentrer pour l’édification du Burundi et d’user  dans cette noble tâche de tant d’énergie qu’ils en ont mis à détruire ».

Patience Itangishaka, président de la Ligue des jeunes en zone Musaga a insisté quant à lui sur la cohabitation pacifique entre les jeunes de tous les partis politiques en vue de l’édification du pays. A noter que c’est lui qui a appelé à cette marche.

Les manifestants observaient une minute de silence à chaque endroit où a été tué un Imbonerakure. Les discours de circonstances ont été délivrés à la première avenue où a été arrêtée puis violée, avant d’être exécutée Jacqueline Hakizimana.

Signalons que la Ligue des jeunes Imbonerakure de la commune Muha a offert  des vivres aux familles éprouvées et a promis de leur venir en aide chaque mois.

Signalons aussi  que bien des habitants de Musaga assistaient en curieux à la marche. Certains ont affirmé que c’était pour la première fois qu’ils entendaient tant de monde chanter dans les ruelles de la zone les éloges du parti Cndd-Fdd et du président Nkurunziza. Certains se sont plaints des jeunes éclaireurs trop zélés qui faisaient rentrer par force ou sur menaces les habitants dans leurs maisons avant le passage du millier de manifestants.« Les enfants ont été traumatisés », affirme un couple qui participait à une fête de mariage.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*