Transports

Olucome: « Il faut que les droits de stationnement des véhicules soient réglementés par une loi »

La mairie de Bujumbura a pris le 27 octobre la décision instituant des droits de stationnement en ville de Bujumbura. Une mesure qui est entrée en  vigueur  depuis mardi 1er novembre.

Selon Gabrie Rufyiri, président de l’Observatoire de Lutte contre la Corruption et autres Malversations Economiques (Olucome), par effet d’entraînement, des provinces du pays ne manqueront pas à instituer des droits pareils. «  Bonjour le désordre ! » commente M. Rufyiri.

Pour lui, il aurait fallu une loi pour réglementer ce genre de perception d’argent par l’administration publique sur les habitants de la capitale et du pays.« Selon l’article 159 de la Constitution, point 5, les taxes et les impôts sont du ressort de la loi. Et la loi est votée au Parlement. Le maire de la ville, Freddy Mbonimpa, a subtilement utilisé le terme de droits de stationnement pour éviter de parler de taxe.  Mais le citoyen qui sort de l’argent  du fond de son escarcelle n’est pas intéressé par ces subtilités de sens  des  termes juridiques ».

Il regrette que la décision ait été prise d’une façon unilatérale. Il aurait préalablement fallu expliquer son bien-fondé, notamment si c’est de l’argent qui  sera affecté dans le  raccommodage  de la voirie ou dans la construction des parkings couverts: « Il faut que le citadin et les gens qui viendront de l’intérieur payent ces droits de gaieté de cœur parce que suffisamment sensibilisés et non par coercition ».

Toujours critique, il s’interroge s’il y aura de la transparence dans le recrutement des collecteurs de ces droits.

Signalons que même si M. Rufyiri salue cette mesure, il trouve que « la mairie risque de se faire de l’argent toute en se riant de la misère des citadins ».

Rappelons que les droits applicables aux véhicules,  aux tricycles et même aux vélos varient entre 100.000 Fbu et 2.000 FBu.

One Comment

  1. Au moins personne ne conteste la nécéssité de cette mesure. Quant à son application et son suivit, pourvu que les concernés soient rassurés concernant leur soucis, les autorités devraient trouver des moyens efficaces d’y parvenir.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*