Football

Les raisons des contre-performances des Intamba selon l’ancien capitaine Valéry Nahayo

L’ancien défenseur et capitaine de l’équipe nationale, Valéry Nahayo, estime que le manque de moyens financiers est la raison majeure des contre-performances du football burundais. Interview avec Ikiriho, ce samedi 29 octobre.

Valéry Nahayo
Valéry Nahayo: né le 15 avril 1984 à Bujumbura, à Buyenzi. Sa carrière commence en 2001 avec l’équipe Atomic FC. Il rejoint Muzinga FC en 2002-2003 avant de se joindre en 2004 à Jomos Cosmos en Afrique du Sud. Il y restera jusqu’en 2008 comme défenseur. Fin 2008, il quitte Jomos Cosmos pour Kaizer Chiefs, toujours en Afrique du Sud pour enfin signer avec la Gantoise en Belgique depuis 2011. Deux ans après, il retourne en Afrique du Sud pour l’équipe « Mpumalanga Black Aces ». Marié et père de 3 enfants, il vit pour le moment en Belgique avec sa famille. Il continue sa carrière footballistique en suivant les cours d’entraîneur

Quelle  analyse fais-tu du football burundais?

Beaucoup de jeunes aiment le football. Mais il leur manque la motivation. Le football au Burundi ne paye pas en fonction des efforts fournis à l’entraînement. Il faudrait que le gouvernement trouve des fonds nécessaires pour encourager les joueurs.

Les contre-performances ne se justifieraient-elles pas par le manque d’un entraineur de renommée internationale ?

C’est vrai que le Burundi n’a pas beaucoup de moyens pour se payer un entraineur de grand renom. Mais ce n’est pas cela le problème, car même un entraineur national peut faire arriver les « Intamba » dans une phase finale. Mais ce qui est difficile, c’est sa motivation pour qu’il entraine bien.

Est-ce que ce ne serait pas le problème de joueurs burundais qui ont des talents très en deçà des autres joueurs africains ?

Non. Les jeunes burundais ont du talent. Seulement, le football burundais ce n’est pas professionnel. C’est du Football amateur, voire semi-amateur.

Les joueurs, évoluent- ils  ensemble depuis les moins de 17 ans jusqu’à l’équipe senior ?

Non. Et c’est aussi un grand défi de l’équipe nationale. Si aujourd’hui vous avez une équipe donnée des  moins de 17 ans, deux ans après vous trouverez que la moitié de ces jeunes n’est plus dans cette équipe,  et deux ans encore plus tard, tous les joueurs sont nouveaux.

Quels ont été les grands moments pour Valéry Nahayo dans le foot?

Le plus émouvant c’est quand j’ai joué des matches avec des grands professionnels comme Didier Drogba, Rooney et autres. J’ai remporté des coupes : Coca-Cola, championnat de Belgique,  Telecom en Afrique du Sud, Vodacom et d’autres.

Quel est le meilleur joueur burundais de tous les temps d’après Valéry ?

Les uns parlent  de Malik. Mais moi je ne l’ai pas vu jouer. Le meilleur joueur  que j’ai vu se produire dans un stade  c’est Constantin Kimanda. Il était défenseur du club Vital ‘o de 1993 à 1998.

Quel est le meilleur entraîneur burundais ?

C’est Cédric  Kaze. Il entraînait l’équipe nationale. Pour le moment,  il est au Canada.

Les projets de Valéry  pour  le football burundais.

Maintenant, je suis dans une école d’entraîneurs en Belgique. Quand j’aurais terminé, je reviendrais pour aider mon pays.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*