Sécurité au Burundi, Transports

Sites d’escales techniques pour poids-lourds sur la RN1 (Bujumbura-Bugarama) : un impératif

Sept personnes blessées dont l’une dans le coma. Trois véhicules cognés et un vélo complètement laminé : bilan de la police d’un accident intervenu hier 25 octobre aux environs de 17h d’un poids-lourds SCANIA, 24 pneus.

Le camion dont les freins ont lâché
Le camion dont les freins ont lâché

Les freins ont lâché au rond-point nord de l’entrée de la ville de Bujumbura, sur la RN1. Le camion a fait environ 4 km de course incontrôlée pour s’arrêter enfin au niveau de la Police de l’air, des frontières et des étrangers (PAFE).

Pour les habitants de Kamenge, un des quartiers populaires du nord de Bujumbura que longe la RN1, cet accident rappelle une cascade d’autres similaires durant les années 2013 et 2014. Ils réclament des mesures de contrôle de tout camion avant l’amorce de la dernière pente vers la capitale.

Pierre Nkurikiye, le porte-parole de la police fait remarquer que les mesures de contrôle des camions qui descendent vers la capitale ont déjà été arrêtées, mais précise : « Elles sont difficiles à appliquer. »

Une convention non encore appliquée

Il rappelle qu’en 2013, le ministère des Travaux publics, sur proposition du ministère de la Sécurité Publique avait promis d’ériger des gares sur la RN1, entre Bujumbura et Bugarama (35 km de la capitale). C’était pour permettre aux camions qui descendent sur Bujumbura de faire des escales techniques, notamment pour laisser les pneus refroidir. Entre-temps, les chauffeurs peuvent contrôler le système de freinage.

Selon toujours Nkurikiye, le ministère des Travaux publics devait procéder à l’aménagement des sites identifiés tandis que la police nationale allait faire respecter la mesure astreignant les chauffeurs à effectuer des escales techniques: « Malheureusement, aucun site n’a été aménagé. La concrétisation de cette mesure se fait toujours attendre.»

Dans l’attente de l’aménagement de ces sites, le porte-parole de la police demande aux conducteurs de poids-lourds d’être plus responsables et de s’arrêter autant de fois que de besoin pour le contrôle technique de leurs engins.

One Comment

  1. Ces camions devraient payer des frais d’escale pour recuperer le coût de l’ amenagement et maintainance de ces sites y compris la sécurité.
    Les gens pourraient y ouvrir des coins de repos/refraichissement etc… officiellent reconnus et bien amenagés ce qui pourrait constituer des sources de revenue pour la population locale.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*