Politique Locale

Deux mois avec le Secrétaire Général « Neva » : la mouvance rassurée, l’opposition plus que sceptique

20 août-20 octobre: deux mois, jour pour jour que « Neva » (initiales de Ndayishimiye Evariste) est aux commandes du parti présidentiel comme secrétaire général. Aucun grand changement politique, mais son action est déjà diversement appréciée. 

evaristeLe dialogue politique. Voilà le point qui tient à cœur les citadins rencontrés ce jeudi 20 octobre au centre-ville de Bujumbura. Certains ont confiance dans le dialogue interne sous la conduite de la Commission nationale du dialogue inter-burundais (Cndi). Ceux-là se félicitent qu’avec Neva, le dialogue a continué « à un rythme accéléré ».

Mais d’autres constatent que le vrai dialogue est celui qui se déroule sous la facilitation du président tanzanien William Benjamin Mkapa et le président ougandais Yoweli Museveni.

Ils  se désolent de ce que le SG est allé rencontrer le facilitateur en Tanzanie mais constatent, impuissants, qu’aucune date n’a même pas été avancée pour la reprise de ce dialogue. « Moi, je le jugerai  sur sa capacité à convaincre les durs de son parti à accepter de négocier ou tout simplement  de dialoguer avec l’opposition  à Arusha », dira Antoine Manirakiza, un fonctionnaire.

Les plus pessimistes sont convaincus que Neva s’est rendu en Tanzanie « pour convaincre la facilitation de rapatrier ce dialogue au Burundi pour la simple raison  qu’il ne croirait pas dans le dialogue externe ».

Stratégie de communication désormais efficace

Autre aspect qui saute aux yeux quand on parle de  Neva, c’est sa stratégie de communication. Tout le monde constate que l’ère Gélase avec ses longs communiqués est révolue. « Il a imprimé un changement à 180 degré : il a opté pour une communication apaisée et qui tranquillise », indique Matilde Sabiyumva, une commerçante.

Les internautes constatent qu’avec Neva, le parti est offensif  sur les réseaux sociaux,  notamment sur Twitter ou il poste même des vidéos.
Bien des militants de son parti affirment que le général Neva est en train de cimenter la cohésion au sein du parti. «Beaucoup de frondeurs rejoignent le bercail et des séances des séances de rééducation à l’idéologie du parti sont organisées».

Par-dessus tout, bien des « Bagumyabanga » (membres du parti) se félicitent que le SG fait des descentes sur terrain pour rencontrer les militants à la base : « C’est l’homme qu’il faut à la place qu’il faut », diront quelques proches. Un d’eux d’expliciter : « C’est un bosseur-né. Il est dans son bureau à la permanence nationale entre 5h30 et 6 heures. Il ne rentre que vers 21 heures. C’est un homme qui est rigoureux sur la gestion du temps. Un homme qui  fait le suivi des dossiers ».

« Neva » vu par les  politiques

Nancy Ninette Mutoni, porte-parole du parti Cndd-Fdd

nancy

« C’est un leader attentionné, qui sait écouter et qui donne du temps à ses interlocuteurs. Un homme très strict sur  la notion du temps, rigoureux sur le deadline. Il est aussi un homme de terrain : il a déjà visité douze provinces.  Chaque fois, il fait la promotion de la cohabitation pacifique. Le SG aime la compagnie . Il est  agréable à écouter et il a une grande capacité de persuasion. Il est souvent avec les leaders de l’opposition politique ».

 

Léonce Ngendakumana, Vice-président du Frodebu

« On ne peut pas le juger dans la précipitation. Deux mois c’est peu. Il faut attendre au moins trois mois.  Mais on le voit, il est en train de basculer dans la logique de  la radicalisationleonce politique. Il n’a  pas encore contacté les partis politiques pour communiquer sa vision par rapport aux questions nationales et particulièrement par rapport à la collaboration avec d’autres partis politiques. Nous attendons de lui qu’il s’investisse pour  le rapprochement des partis  politiques et pour  la réconciliation au sein des partis ».


Abel Gashatsi, président du parti Uprona

 abel« Le SG du parti Cndd-Fdd prône la cohabitation pacifique. Dans les provinces que nous avons visitées, Makamba, Ngozi et Rutana, les Badasigana (militants de l’Uprona)  ne se lamentent pas de la cohabitation avec les Bagumyabanga. Il prône aussi la solidarité entre leaders des partis. Ses messages aussi sont apaisants ».

 

Agathon Rwasa, coalition Amizero y’Abarundiagathon

« On ne sait pas si ce que nous observons sur le terrain est l’œuvre du Secrétaire Général du Cndd-Fdd ou des militants zélés de son parti. La chasse à l’homme continue pour des raisons politiques, des raisons qui n’en sont donc pas. Avec lui, l’intolérance et la restriction de la liberté d’expression continuent ».

 

Gabriel  Rufyiri,  Société civile

rufyiri_77 « C’est trop tôt pour le juger.  Mais  il faut qu’il s’inscrive dans la logique de la paix et nous attendons la concrétisation. Il doit mettre tout le monde,  même ceux de son camps dans la logique de la paix. Il doit aussi user de sa position pour faire aboutir le dialogue politique. Mais il  devra aussi amorcer le dialogue sur des questions économiques.  Il doit trouver des mécanismes pour que tout citoyen puisse joindre les deux bouts du mois. Mais il pourrait être bloqué par le système ».

4 Comments

  1. Personne n’est peut etre approuve par tout le monde, encore moins l’opposition telle qu’on la connait au Burundi. Vu ces commenteurs, je crois qu’ il conciliant et positif.

  2. Ca sent la jalousie.
    Rwasa est comme toujours égale à lui même. Leonce est frustré à jamais. D’ailleurs les changements au sommet de sob parti ressemblent au jeu de chaise; comme dans un club où les membres sont subdivisés en castes. Il n’a plus de leçon à donner.
    La bonne cohabitation est là!

  3. Le combat pour 2020 est en marche, la vitesse va s’accelerer bientot au grand dame de l’opposition et societe civile radicale cloitree dans les placard de Bruxelle. Komera vision 2020 court terme, 2030 moyen term, 2050 moyen-long term.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*