Politique Locale

Gaston Sindimwo : « Le président Nkurunziza est le digne héritier de Rwagasore »

Le Premier vice-président Gaston Sindimwo, issu de l’UPRONA, est convaincu que l’héritage du Prince Louis Rwagasore est en train d’être respecté, “malgré les turbulences”, notamment à travers les actions du président Nkurunziza.

Le président, lors de l'inauguration d'un centre de santé à Kagongo
Le président, lors de l’inauguration d’un centre de santé à Kagongo

Pour ce poids lourd de l’Uprona, “notre président de la République se comporte comme Rwagasore. Sa constante attention pour les coopératives et les associations, surtout en milieu rural, sa proximité avec la population, les chantiers qui renforcent le bien-être social, écoles, centre de santé, aires de jeux, … c’est ce que Rwagasore faisait”.

Et d’ailleurs, precise M. Sindimwo, “si la population l’aime autant, surtout en milieu rural, c’est parce que ils voient en lui l’avenir de notre pays, exactement comme ils voyaient le Prince Rwagasore”.

“Les calculs du colon toujours présents”

A l’occasion du 55ème anniversaire de l’assassinat du prince Louis Rwagasore, M. Sindimwo revient sur les similitudes de l’actualité politique aujourd’hui et celle de la période des indépendances: « Rwagasore a été assassiné à la veille de l’indépendance. Le lendemain, c’était au tour de Ngendandumwe. Ce fut le début des crises qui ont endeuillé notre pays. Et c’est cette logique que nous voyons toujours à l’œuvre. Chaque fois qu’un Burundais qui unit ses concitoyens émerge, quelque soit son parti, on invente immédiatement des prétextes pour l’éliminer».
Et de souligner : « Ce que nous devons noter, c’est que le mal burundais n’est pas l’ethnisme hutu ou tutsi, mais les calculs du colon qui a tué Rwagasore, qui hier ne voulait pas d’indépendance politique du Burundi jusqu’à date».

Et c’est “conscients de ce passé que le Burundi a pris l’option de consolider sa souveraineté, et même de partir à la conquête de l’indépendance économique. Malheureusement, aujourd’hui comme au temps de Rwagasore, tous les membres de la communauté internationale ne l’entendent pas de cette oreille”.

One Comment

  1. Jean-Marie

    J’ai toujours dit que la politique d’antant qui se jouait dans les salons et bistrots de Bujumbura, que l’ opposition a voulu continuer les a completement disconnecte de la realitee et des aspirations du peuple.
    Pour les vrais politiciens, la campagne electorale fait partie des travaux journaliers aupres du peuple et pour le peuple. Le moment de la preparation des elections est le moment pour dresser le bilan de ce qu’ils ont accompli, et ensuite presenter leur projet de societe pour l’ avenir. Quel est le bilan des soi-disant opposants? Les manifestations, les grenades et les assassinats cibles?
    “Please excuse my typo errors….”

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*