#BurundiDialogue, Diplomatie

Retrait du Burundi du 27ème sommet de l’UA: “Un choix opéré en toute conscience”

Alain Aimé Nyamitwe, le Ministre des Relations extérieures animait une conférence de presse ce mardi 19 juillet 2016. L’occasion de faire le tour des grandes questions du moment pour la diplomatie burundaise. 

“Le Burundi s’est retiré du sommet des chefs d’Etats Africains qui s’est déroulé à Kigali aux dates du 17-18 juillet sans déclaration. Pourquoi?” C’est la question que tous les journalistes avaient. Le ministre Nyamitwe a explique que le Burundi “n’a pas quitté précipitamment Kigali. Notre pays a choisi de participer uniquement aux travaux du Comité des représentants. Un choix opéré en toute conscience » justifie-t-il.

Et d’expliquer: “La première raison, c’est qu’on a voulu donner un message à la commission de l’Union Africaine qui a fait la sourde oreille face aux sollicitations légitimes de notre gouvernement par rapport à des agissement contraires aux standards internationaux et à l’acte constructif de l’Union Africaine, ainsi qu’à ses amendements qui interdisent aux États de se faire utiliser ou d’utiliser d’autres éléments pour déstabiliser la sécurité d’autres Etats de l’Union”.

Là, il pointe du doigt au Rwanda qui, d’après le gouvernement burundais, porte une responsabilité dans le soutien aux meneurs de la tentative du coup d’Etat déjoué du 13 mai 2015. Et de rappeler également que ces mêmes putschistes sont toujours logés au Rwanda, pays “qui a participé dans la facilitation du recrutement dans les camps de réfugiés burundais” de jeunes pour des groupes armés contre les institutions burundaises: “Ces accusations ont été portées devant l’Union Africaine par le gouvernement burundais, sans suite jusqu’alors.”

La deuxième raison de l’absence du Burundi au 27è Sommet des chefs d’États africains est liée aux conséquences de ces actes posés par le gouvernement rwandais: « Notre gouvernement a demandé d’avoir des garanties de sécurité pour les délégations ministérielle et présidentielle. Ces garanties ne sont jamais venues. Nous avons donc estimé que ce n’était pas prudent d’y participer.»

Quant au contenu du Sommet de Kigali lui-même, le Ministre Nyamitwe se réjouit de la décision du Royaume de Maroc de revenir au sein de l’UA. Il se réjouit également de la reconduction de l’élection de la Commission de l’UA pour janvier 2017. D’ici-là, le Burundi aura eu le temps de présenter encore mieux ses trois candidats aux postes de Commissaire à la Paix et à la Sécurité, Commissaire aux Ressources humaines, science et technologies et Commissaire aux affaires sociales.

Revenant sur la deuxième session du dialogue inter-burundais d’Arusha, le ministre Nyamitwe félicite le facilitateur Benjamin Mkapa d’avoir “rassemblé différents avis de plusieurs groupements, partis politiques ainsi que la délégation du gouvernement burundais présents pour le dialogue. Ces avis donnés sur l’agenda proposé par le facilitateur feront la base des sessions suivantes”.

Néanmoins le ministre déplore le fait que “des gens non reconnus par loi burundaise et ou recherchés par la justice soient invités aux pourparlers”. Ce qui a handicapé le début de la session, parce que “le gouvernement burundais rappelle qu’il ne pourra en aucun cas s’asseoir et négocier avec des personnes recherchées par la justice, surtout les putschistes”.

Pour Alain Aimé Nyamitwe, “c’est très étonnant qu’il y ait toujours des Burundais qui préfèrent l’anarchie au détriment de la démocratie, des gens qui ne veulent pas respecter le verdict des urnes”. Il revient sur les exemples des années 1961, 1965, 1993, 2005, 2010 et 2015. “C’est une habitude à combattre dans un État démocratique. L’inclusivité ne doit pas être un prétexte pour favoriser l’impunité. Dialoguer avec des putschistes est un non-sens en démocratie”.
Le patron de la diplomatie burundaise souhaite qu’à la prochaine session d’Arusha, le facilitateur organise des consultations pour que l’on se convienne sur la liste des invités aux sessions du dialogue, et éviter de perdre du temps sur le programme imparti.

2 Comments

  1. byakoranywe ubuswa bwinshi cyane

  2. Your country is a mess! You kill your children…Your vision is shortened as you reign on ethnic division… and your jealous of Rwanda…

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*