Accueil, Processus CVR

Funérailles de Bagaza: les chanteurs du génocide au Burundi deviennent silencieux

Les réseaux sociaux d’ordinaire très rapides à trouver des relents ethnistes à tout ce que entreprend Bujumbura n’en reviennent pas. Trois jours de calme. Nous sommes un peu reposés d’alertes fantaisistes, d’accusations gratuites sur un génocide hutu contre les Tutsis comme en 1994 au Rwanda.

Toutes les institutions de la République du Burundi se sont levées comme un seul homme pour rendre un dernier hommage au Président Bagaza. Pourtant, son pouvoir n’aura pas été tendre avec  les Hutus. Après le génocide de 1972, les Hutus seront marginalisés dans tout le système éducatif. D’abord, presque tous les instituteurs hutus avaient été tués durant la purge de l’armée aidée par les jeunes de la JRR. Ensuite, lors du concours national qui donne accès à l’école secondaire, sur la copie d’un écolier hutu était marqué un « U ». Sur celle de son camarade Tutsi, un « I ». Un système qui a permis d’exclure les jeunes hutu de l’enseignement secondaire. Et donc universitaire.

L'ex-première Dame Fausta Bagaza ce mardi 17 mai à genoux dans la cathédrale Regina Mundi durant la messe de requiem et demandant pardon au nom de son defunt époux
L’ex-première Dame Fausta Bagaza ce mardi 17 mai à genoux dans la cathédrale Regina Mundi durant la messe de requiem et demandant pardon au nom de son defunt époux

Dans son édition spéciale sur 1972, le Journal Iwacu avait interrogé l’ancien ministre de l’Éducation nationale {1982 – 1987}, Isidore Hakizimana sur le Système I et U : « Je demande pardon à toute personne qui croit qu’elle en a été victime ».

L’un des cas typiques de la discrimination ethnique dans l’enseignement supérieur amorcée sous le pouvoir Bagaza, c’est précisément Pierre Nkurunziza. Après les humanités générales, il souhaitait faire l’armée {ISCAM} ou à défaut le droit. Il sera envoyé faire le sport.

Pourtant, même du vivant de Bagaza, Nkurunziza a toujours été élogieux sur les réalisations de Bagaza. Il l’a répété hier, lors des funérailles nationales du président de la 2ème République. Il a rendu hommage à un “modèle pour sa contribution au développement du pays.

Les mots de l’épouse de Feu Bagaza à la Cathédrale Regina Mundi était à la hauteur du moment historique: « Je voudrais exprimer ma plus profonde gratitude au Président et à la Première Dame. Pour tout le soutien apporté depuis le début de ces dures épreuves. Ensuite, je viens avec ces mots: même un président de la République reste humain. Il se fatigue, il peut être distrait, il peut se tromper, il commet des erreurs. Aujourd’hui, je me mets à genoux devant le chef de l’État du Burundi pour demander pardon au nom du président Bagaza pour toutes les fautes commises. Que tout Burundaise et toute Burundais qu’il aurait offensé ou blessé lui pardonne. »

L’observation d’un diplomate en poste à Bujumbura au soir de ce 17 mai 2016: “Si Nkurunziza était un homme très rancunier comme l’affirmait Gervais Rufyikiri en février dernier, le Burundi n’aurait pas rendu la moitié des honneurs nationaux reçus par l’ex-Colonel Jean-Baptiste Bagaza.”
Au contraire, les mots de sa veuve, prononcés à genoux et très applaudis, sonnent comme le véritable appel au travail de la CVR.

[unitegallery messeAdieuBagaza]

2 Comments

  1. Ah! C’est donc ça que vous vouliez en faire? Montrer que votre racisme ethnique ne vous empêche pas d’organiser des funérailles pour un président tutsi? Reste l’essentiel pauvres types: vous allez vers l’abîme et vous êtes les seuls au monde à ne pas comprendre qu’avec tant d’incompétence, vous n’y entraînerez personne d’autre que vous-mêmes.

  2. This is BIG. If we revise our past to get a clear picture of what’s really happening and Y it’s happening, it will shape the future. And this helps us a lot (i.e young people living abroad)

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*